27 août 2013

Il ne faut jurer de rien




Valentin est un jeune homme frivole qui vit à Paris dans les années 1830. Son oncle Van Buck, las d'une énième dette du jeune homme qu'il devra régler à ses frais, décide un jour de le marier à la bien élevée Cécile de Mantes. Mais Valentin a si peur d'être trompé qu'il jure de ne jamais se marier.
Mieux, il veut montrer que la jeune Melle de Mantes peut facilement être séduite par un autre et qu'elle n'est donc pas un bon parti. Mais comme l'indique le titre de la pièce, le stratagème de Valentin pourrait ne pas se passer comme prévu...


J'ai lu ce roman dans le cadre du lycée et il m'a beaucoup plu. 

La couverture est un peu sombre mais les illustrations sont plutôt bien pour une oeuvre destinée à être travaillée en cours. 
De plus, le dossier très complet que l'on peut lire avant le texte en lui-même permet de replacer la pièce dans son contexte historique et social. Cela nous permet de mieux comprendre les personnages, leurs attitudes, leurs paroles...L'auteur et la vie à son époque sont également détaillés, et une fiche de présentation de l'oeuvre est proposée. Le dossier est un peu compliqué car dense et complet, mais si on s'accroche il est très intéressant. D'autre part, à chaque fin de scène (division d'une pièce de théâtre : il y a les actes, eux-même découpés en scènes), sont placées des "Clefs d'analyse" de l'oeuvre, comprenant des questions de réflexion, de compréhension, des points à retenir... Et pour ceux qui le veulent, un dossier final permet d'approfondir l'oeuvre au moyen de photos, d'extraits de textes, de définitions, d'exercices "types Bac"... Une visée très pédagogique.

On ne peut pas dire que les personnages soient vraiment attachants, car on sait très peu de choses de leurs pensées. Malgré cela, on discerne quand même les différentes facettes de leurs personnalités : la sage Cécile de Mantes qui ruse pour parvenir à ses fins, le jeune Valentin, tantôt séducteur sans scrupule, tantôt dandy aimant le faste et les plaisirs du jeu, tantôt amoureux sincère...

L'humour est aussi très présent dans cette pièce, ce qui rend la lecture agréable : Musset le fait naître de quiproquos comiques, de situations amusantes...

Quant aux péripéties et au stratagème de Valentin, on assiste à de nombreux rebondissements qui débouchent sur un dénouement annoncé dès le début par le titre. Mais les changements de sentiments de Valentin à l'égard de Cécile sont assez plausibles et opérés en douceur, par petites touches : il est indécis, se ravise, s'emporte, nie, puis peu à peu tombe amoureux de celle qu'il ne voulait pas épouser ! Un vrai retournement de situation.

Pour ce qui est de la plume de l'auteur, elle est très lyrique, surtout à la fin de la pièce où l'on sent une tendance romantique, courant artistique et littéraire très XIXe. Musset parle de la beauté de la nature, de l'amour. Et sa plume est claire et agréable durant toute la pièce.

C'est donc un livre que j'ai bien aimé.


 Il ne faut jurer de rien, par Alfred de Musset, éditions Larousse, collection Petits Classiques, 143 pages dont enviton 60 pages d'oeuvre.

1 commentaire:

  1. c'est vrai que cette couverture n'aide pas à choisir le livre... c'est bientôt ton bloganniversaire, joyeux un an !

    RépondreSupprimer

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment